Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles
Jardins de Versailles Bosquets actuels Bosquet de l’Étoile

Bosquet de l’Étoile

Dit aussi bosquet de la Gerbe, ou encore bosquet de la Montagne d’Eau (à ne pas confondre avec l’appellation secondaire du bosquet de l’Obélisque), le bosquet de l’Étoile fut aménagé à partir de 167111. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 522.. Il est situé dans la partie basse des jardins, au nord. Il ne comportait à l’origine aucune sculpture, à l’exception de vases de cuivre exécutés par le fondeur Nicolas Le Maire en 1671 et déposés « de dessus les corniches de la Montagne » en 167422. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 520 et 809..

La première sculpture mentionnée au bosquet de l’Étoile est le buste de Mars, dit aussi Alexandre (Vjs 852)33. Maral, 2006, p. 67..
D’origine inconnue, attribué à Phidias par Jean-Aymar Piganiol de La Force, ce buste fut doté en 1684 d’une cuirasse et d’un cimier en forme de coq en bronze doré, dont les modèles furent élaborés par François Girardon et exécutés par trois fondeurs associés, François Langlois, Nicolas Meusnier et Pierre Varin.
Le buste d’Alexandre fut placé au sommet d’une colonne de marbre de Languedoc due au sculpteur Jean Raon.

L’inventaire de 1686 signale quatre sculptures au bosquet de l’Étoile :

  • le terme de Jupiter (MR 251), formé d’un buste antique provenant de Besançon, attribué à Phidias, et d’une gaine sculptée par Jean Drouilly ;
  • la statue du « Sacrificateur de Bourguesse », copiée à Rome d’après l’antique du Capitole, et non d’après l’antique de la collection Borghèse, par Jean-Baptiste Goy (Vjs 853)44. La copie de Goy a été faite à partir du bronze antique du Capitole, et non pas à partir des versions en marbre (aujourd’hui au musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MR 119 et MR 120) de la collection Borghèse (Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, 1666-1793, t. I, 1887, p. 129). ;
  • la statue de Diane chasseresse (Vjs 1188) ;
  • le buste d’Alexandre (Vjs 852).

Les statues du Sacrificateur du Capitole et de Diane chasseresse ne sont plus connues que par le recueil de Simon Thomassin55. Thomassin, 1694, pl. 11 et 18.. Elles quittèrent Versailles avant 1694, date de l’Estat général qui ne les mentionne pas, et sont attestées à Marly par l’Estat des figures daté de 1695.

Les emplacements des quatre sculptures signalées en 1686 au bosquet de l’Étoile sont indiqués par le « Plan de l’Étoille » (fig. 1) qui fait partie du recueil de plans datable vers 1690 : ils étaient tous établis sur l’allée circulaire périphérique et formaient des fonds de perspective aux quatre accès situés aux angles du bosquet.

Jardins de Versailles - Plan de l’Étoille
fig. 1 - Agence des Bâtiments du roi, Plan de l’Étoille, vers 1690. Dessin. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vms 58, pl. 8 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski

L’Estat général de 1694 indique quatre sculptures au bosquet de l’Étoile :

  • no 155 : le buste d’Alexandre (Vjs 852) ;
  • no 156 : la statue antique de Livie (MR 298) ;
  • no 157 : le terme de Jupiter (MR 251) ;
  • no 158 : la statue de la Vénus Médicis (MR 1995).

La statue de Livie avait été gravée par Claude Mellan aux Tuileries en 1669.
Copiée d’après l’antique, la statue de la Vénus Médicis (MR 1995) provenait des allées d’Apollon au Grand Canal.
Ces deux œuvres remplaçaient donc le Sacrificateur du Capitole (Vjs 853) et la Diane chasseresse (Vjs 1188).
Il est impossible de savoir comment ces sculptures étaient réparties sur les quatre emplacements figurés sur le plan datable vers 1690.

Entre 1701 et 1707, le terme de Jupiter (MR 251) fut transféré au bosquet voisin du Théâtre d’eau. Il fut remplacé par la copie du Ganymède Médicis due à Jean Joly (MR 2002), attestée par l’édition de 1707 du guide de Piganiol de La Force.

En 1704, le bassin central, modifié, reçut une sculpture d’enfant de plomb, qui peut être identifiée à l’une des figures secondaires (Vjs 312) du bassin de l’Automne et qui fut alors restaurée et ornée de raisins et de feuilles de vigne pour cacher son support métallique66. Grand état de la dépense ordinaire des Bâtiments du roi, 1704, fol. 279, no 10.. À partir de 1707, cette sculpture d’enfant est mentionnée sur le parterre bas des jardins de Trianon. Par ailleurs, les cinq bassins périphériques du bosquet de l’Étoile reçurent chacun, en 1704, une sculpture en plomb représentant un bouquet de fleurs, qui fut alors revêtue de dorure et polychromée77. Grand état de la dépense ordinaire des Bâtiments du roi, 1704, fol. 279, no 11.. Il n’est pas impossible que ces éléments de plomb aient été transférés du bassin du Printemps. Ils furent probablement déposés dès 1705, au moment du remplacement des bassins périphériques par des piédestaux de marbre88. Recette et dépense du magasin (cuivres), 1700-1713, Dépense, février 1705..

L’édition de 1707 du guide de Piganiol de La Force indique quatre nouvelles sculptures, disposées dans la partie centrale du bosquet, à l’emplacement de quatre fontaines supprimées :

Ces sculptures ont été installées en 170799. Mémoire des ouvrages faits en 1707..

Le plan (fig. 2) du recueil de Pierre Lepautre daté de 1711 mentionne et situe huit sculptures au bosquet de l’Étoile.

Jardins de Versailles - Plan du bosquet de l’Étoile
fig. 2 - Pierre Lepautre, Plan du bosquet de l’Étoile, 1711. Dessin. Saint-Pétersbourg, Russian Academy of Sciences Library, collection of Peter I, section B, no 112, fol. 35v-36 © RASL

Dans l’allée circulaire :

  • le groupe du Ganymède Médicis de Jean Joly (MR 2002) à l’entrée sud-est ;
  • la copie de la statue de la Vénus Médicis (MR 1995) à l’entrée nord-est ;
  • la statue de Livie (MR 298) à l’entrée nord-ouest ;
  • le buste d’Alexandre (Vjs 852) à l’entrée sud-ouest.

Dans quatre des angles de l’allée pentagonale, face à des allées menant au centre du bosquet :

  • La Comédie (Vjs 803) au nord ;
  • une Bacchante (MR 103) au sud ;
  • une Vestale (Vjs 819) au sud-ouest ;
  • Uranie (MR 364) au nord-ouest.

Jusqu’à son remplacement, entre 1701 et 1707, par le Ganymède Médicis (MR 2002), il est donc permis de penser que le terme de Jupiter (MR 251) a été disposé à l’entrée sud-est.

Dessiné par le fontainier Dominique Girard en 1714 et gravé par Jean Raymond, le Plan général des jardins, bosquets et pièces d’eau du petit parc de Versailles (fig. 3) permet de savoir que la statue d’Artémise (MR 199) a remplacé le buste d’Alexandre (Vjs 852) entre 1711 et 1714.

Jardins de Versailles - Plan général des jardins, bosquets et pièces d’eau du petit parc de Versailles
fig. 3 - Jean Raymond, d’après Dominique Girard, Plan général des jardins, bosquets et pièces d’eau du petit parc de Versailles, 1714. Gravure. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GR 146.1.23 © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Encore attesté au bosquet de l’Étoile par l’édition de 1713 du guide de Piganiol de La Force, le buste d’Alexandre (Vjs 852) ne figure plus sur le plan de 1714 : transféré dans les Salles vertes de Trianon, il fut remplacé, à l’entrée sud-ouest du bosquet de l’Étoile, par la statue d’Artémise (MR 199). Due au sculpteur Dominique Lefebvre, cette dernière provenait des jardins de Marly, où elle est mentionnée, sous le titre de « Pandore », par le guide de Piganiol de La Force dès 1701 et par l’inventaire de 1707. Elle est également dénommée « Psyché » par l’inventaire de 1722.

Le plan gravé de Contant de La Motte, en 1783, est conforme à celui de 1714.

Selon le Coup d’œil sur les peintures et sculptures qui décorent les châteaux, jardins, bosquets et fontaines de Versailles, Marly, Trianon et la Ménagerie rédigé en 1787 par Louis-Jacques Durameau, une « figure antique entièrement drapée » est située à l’entrée nord-est du bosquet, à la place de la Vénus Médicis (MR 1995)1010. Description par Durameau, 1787, p. 143.. Cette dernière est alors localisée aux Salles vertes de Trianon, dans la Salle des Trois-Salons1111. Description par Durameau, 1787, p. 168..
Signalée seulement par Durameau, la « figure antique entièrement drapée » ne fait pas l’objet d’une notice. Il pourrait s’agir d’une statue provenant des Salles vertes de Trianon, installée au bosquet de l’Étoile en échange de la Vénus Médicis (MR 1995).

Dans son édition de 1797, l’Almanach de Versailles indique encore huit sculptures au bosquet de l’Étoile1212. Almanach de Versailles, 1797, p. 17. : Artémise (MR 199), Ganymède de Joly (MR 2002), Vénus Médicis (MR 1995), Livie (MR 298), Uranie (MR 364), La Comédie (Vjs 803), Bacchante (MR 103) et une antique, non désignée (Vjs 819). L’Almanach de Versailles reflète vraisemblablement un état antérieur à 1797, voire à 1787.

Le Cicerone de 1804 ne signale, sans les situer précisément, que trois sculptures au bosquet de l’Étoile : Ganymède de Joly (MR 2002), Uranie (MR 364) et la Bacchante (MR 103)1313. Duchesne, 1804, p. 82-83..

La statue de Pandore, dite aussi Psyché ou Artémise (MR 199), est mentionnée par l’inventaire MR dans les magasins de Versailles. Transférée par la suite à Saint-Cloud, où elle est attestée en 1845, revenue à Versailles en 1872, elle a été déposée en mai 2005 au musée du Louvre.
Selon l’inventaire de 1810, la statue de Livie (MR 298) est alors conservée au musée du Louvre.
Non identifiée et actuellement non localisée, la mystérieuse « figure antique entièrement drapée » indiquée par Durameau à la place de la Vénus Médicis (MR 1995) quitta elle aussi le bosquet de l’Étoile avant 1804.
De même, il est impossible de connaître le sort de La Comédie (Vjs 803), ni celui de la statue antique de Vestale (Vjs 819), qui ne sont plus désormais localisées.

Le nombre de trois sculptures est confirmé par le recueil de Michel-Antoine Garreau, daté de 18161414. Garreau, 1816, p. 298-301.. Garreau ne fait mention que d’une seule sculpture dans l’allée circulaire, le groupe du Ganymède Médicis de Joly (MR 2002), curieusement situé à l’entrée nord-est. Garreau mentionne les deux autres sculptures dans l’allée pentagonale : la statue d’Uranie (MR 364) et la statue de Bacchante (MR 103).

L’inventaire datable de 1819 indique quatre sculptures au bosquet de l’Étoile1515. Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, [1819]. : le groupe du Ganymède Médicis de Joly (MR 2002), la statue d’Uranie (MR 364), la statue de Bacchante (MR 103), le groupe de Marsyas et Olympe de Goy (MR 1821). Il s’agit de la seule mention de ce dernier groupe au bosquet de l’Étoile.

Selon l’édition de 1821 du Cicerone, le bosquet de l’Étoile comportait six sculptures1616. Duchesne, 1821, p. 114-115..

Dans l’allée circulaire :

  • le groupe du Ganymède Médicis de Joly (MR 2002) du côté du bassin de Cérès, c’est-à-dire dans l’angle sud-est ;
  • une statue de Bacchus (MR 114), du côté du bassin de Flore, c’est-à-dire dans l’angle sud-ouest.

Dans l’allée pentagonale :

Cette liste est confirmée par l’inventaire de 1850.
Il est possible de localiser exactement ces œuvres grâce au plan publié par Charles Picquet en 1821.

Des deux sculptures de l’allée circulaire, le Bacchus (MR 114) provenait de la collection Mazarin, dont il porte un numéro gravé. Encore au bosquet de l’Étoile en 1850 (inv. 1850.9597), il fut transféré en réserve et remplacé en 1853 par la Minerve de Claude Bertin (MR 1760). Cette dernière fut à son tour transférée en réserve en 1906.

L’autre sculpture de l’allée circulaire, le Ganymède Médicis de Joly (MR 2002), est encore en place selon la deuxième édition du catalogue de Soulié en 1861. Elle fut transférée en 1877 au bosquet du Rond-Vert pour y remplacer le groupe de Marsyas et Olympe (MR 1821)1717. Liste des travaux exécutés entre 1875 et 1880, mois d’avril 1877.. Depuis 2007, l’œuvre a été mise à l’abri.
À partir de 1877, le socle du Ganymède Médicis fut occupé par l’Apollon de Guillaume Coustou (MR 1812). Commandé pour les jardins de Bellevue en 1751, ce dernier était passé par Saint-Cloud. En 1885, l’auteur du Programme du jeu des eaux du parc contenant la description des palais et jardins de Versailles et de Trianon y voit une représentation de la muse Érato, qu’il attribue à Jean Joly d’après l’antique, par confusion avec le Ganymède Médicis1818. Programme du jeu des eaux, 1885, p. 12.. L’Apollon de Coustou fut retiré du bosquet de l’Étoile avant 1920, date d’une recensement des piédestaux vides des jardins de Versailles.

Dans l’allée pentagonale, la statue d’Apollon (MR 90) fut placée sur le socle sud-ouest. Elle provenait de la collection Mazarin. Elle fut mise à l’abri en 18941919. Correspondance des conservateurs du musée de Versailles, 1893-1903, n. p., lettres de Pierre de Nolhac, conservateur du musée de Versailles, à Marcel Lambert, architecte en chef du domaine de Versailles, 2 et 3 juillet 1894.. Elle est depuis lors conservée en réserve à Versailles.
En 1894, la statue d’Apollon fut remplacée par celle du Faune grec Mazarin (MR 1917)2021. Correspondance des conservateurs du musée de Versailles, 1893-1903, n. p., lettre de Pierre de Nolhac, conservateur du musée de Versailles, à Marcel Lambert, architecte en chef du domaine de Versailles, 3 juillet 1894.. Cette dernière fut mise à l’abri en 19372121. Lettre de Rudier à Brière du 12 février 1937 ; Notes de Brière des 12 février et 12 avril 1937..

La statue d’Uranie (MR 364) se trouvait sur le socle nord-ouest de l’allée pentagonale. Elle est encore située à cet emplacement en 1903 par le plan du guide de Masson (fig. 4). Victime d’une chute en 1917, elle disparaît ensuite, sans laisser de traces2222. Procès-verbal du 30 novembre 1917..

Jardins de Versailles - L’Étoile, 1705, anc. Montagne d’Eau, 1687
fig. 4 - L’Étoile, 1705, anc. Montagne d’Eau, 1687, publié dans A. et M. Masson, Plans des bosquets du parc de Versailles, 1903, pl. 14. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, bibliothèque de la Conservation, C VERS parc 1903 © Château de Versailles / Christophe Fouin

La statue de Mercure (MR 277) était située sur le socle nord-est de l’allée pentagonale, à l’emplacement précédemment occupé par la statue de La Comédie (Vjs 803).
Victime d’un acte de vandalisme au cours des années 1970, la statue de Mercure fut déposée avant 19792323. Pinatel, 1979, p. 132..

La statue de Muse à la nébride, dite autrefois Bacchante (MR 103), était sur le socle sud de l’allée pentagonale. Elle a été mise à l’abri en 2006, trois siècles après sa mise en place au bosquet de l’Étoile.

1. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 522.
2. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 520 et 809.
3. Maral, 2006, p. 67.
4. La copie de Goy a été faite à partir du bronze antique du Capitole, et non pas à partir des versions en marbre (aujourd’hui au musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MR 119 et MR 120) de la collection Borghèse (Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, 1666-1793, t. I, 1887, p. 129).
5. Thomassin, 1694, pl. 11 et 18.
6. Grand état de la dépense ordinaire des Bâtiments du roi, 1704, fol. 279, no 10.
7. Grand état de la dépense ordinaire des Bâtiments du roi, 1704, fol. 279, no 11.
8. Recette et dépense du magasin (cuivres), 1700-1713, Dépense, février 1705.
9. Mémoire des ouvrages faits en 1707.
10. Description par Durameau, 1787, p. 143.
11. Description par Durameau, 1787, p. 168.
12. Almanach de Versailles, 1797, p. 17.
13. Duchesne, 1804, p. 82-83.
14. Garreau, 1816, p. 298-301.
15. Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, [1819].
16. Duchesne, 1821, p. 114-115.
17. Liste des travaux exécutés entre 1875 et 1880, mois d’avril 1877.
18. Programme du jeu des eaux, 1885, p. 12.
19. Correspondance des conservateurs du musée de Versailles, 1893-1903, n. p., lettres de Pierre de Nolhac, conservateur du musée de Versailles, à Marcel Lambert, architecte en chef du domaine de Versailles, 2 et 3 juillet 1894.
20. Correspondance des conservateurs du musée de Versailles, 1893-1903, n. p., lettre de Pierre de Nolhac, conservateur du musée de Versailles, à Marcel Lambert, architecte en chef du domaine de Versailles, 3 juillet 1894.
21. Lettre de Rudier à Brière du 12 février 1937 ; Notes de Brière des 12 février et 12 avril 1937.
22. Procès-verbal du 30 novembre 1917.
23. Pinatel, 1979, p. 132.