Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles

Apollon servi par les nymphes
François Girardon (1628-1715) et Thomas Regnaudin (1622-1706)

Illustrations de comparaison
Jean Edelinck, d’après Pierre Monier, Le Soleil, après avoir achevé son cours, descend chez Thétis, où six de ses nymphes sont occupées à le servir et à luy offrir toutes sortes de rafraîchissemens, 1678. Gravure publiée dans André Félibien, Description de la grotte de Versailles, 1679, pl. 16. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, A13-537
Charles Girardet, d’après Pointel du Portail, Apollon chez Thétis. Gravure publiée dans Jean Vaysse de Villiers, Recueil complet des monumens et perspectives de Versailles, 1830, pl. 103. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GR 115.2.b
Chevojon, Apollon servi par les nymphes. Photographie publiée dans Gaston Brière, Le Parc de Versailles. Sculpture décorative, 1911, pl. XIV
Descriptif

Inventaire de 1707 : « Un groupe de marbre blanc représentant le bain d’Apollon au retour de sa course. Ce dieu paroist assis au millieu, sa lyre posée en bas près de luy. Il est entouré de six nymphes qui s’occupent à le servir. Deux de devant ont chacune un genouil en terre et l’une tient un vaze des deux mains pour verser de l’eau. Une autre, sur le côté droit, porte un bassin d’une main et verse avec une buire de l’autre sur la main d’Appollon. Au côté gauche est une autre nymphe, tenant de ses deux mains un bassin sur lequel est posée une petite buire, et, derrière, il y en a deux autres, dont l’une ayant un diadème sur la teste et des perles dans sa coeffure, représentant Thétis, déesse de la mer, qui natte les cheveux d’Apollon. La dernière tient aussi de ses deux mains un vaze avec un bout de sa robbe. La figure d’Appollon, celle de Thétis, les deux nymphes qui ont un genouil en terre et celle qui verse de l’eau avec une buire sur la main d’Apollon sont de Girardon. Les deux autres sont de Renaudin. Toutes de cinq pieds et demy de haut ou environ. Les deux mains et le bassin de la nymphe qui est au côté gauche sont raportez. Ledit groupe est posé sur un piédestail dans une fontaine en forme de coquille, d’où il tombe des glaçons de distance en distance, et est orné par-devant de trois masques de bronze doré, d’environ deux pieds de hauteur, qui jettent de l’eau ».

Inventaire de 1722 : « Un grouppe de marbre de 7 figures. La principale qui est Appollon couronné de laurier, assis sur un roc, le bras droit accoudé sur un morceau de drapperie qui couvre le roc, au-dessous duquel est sa lyre; il présente la main gauche pour recevoir de l’eau que luy verse une figure de femme, en pied, qui tient de la main droite une burette et, de la gauche, un plat pour la recevoir; cette figure est richement vêtue, ayant le corps à demi nud. à ses pieds, une figure de femme, posée sur le genou gauche, tenant de ses deux mains un linge, en action d’essuyer le pied droit qu’Apollon luy présente, au-dessous duquel pied, sur la terrasse, est un grand bassin, à côté duquel est une autre figure de femme, posant aussi sur le genou gauche, laquelle tient une burette de ses deux mains en action de verser de l’eau dans ledit bassin. Ces 4 figures sont de M. Girardon et, les 3 autres, de M. Renaudin. Elles sont en pied derrière Apollon : une est en action de luy accommoder les cheveux, laquelle est richement coeffée d’un diadème et de perles; à côté d’elle est une autre figure qui tient un vase dans ses bras; la troisième, qui est au côté gauche d’Apollon, tient sur ses deux mains un plat sur lequel est une burette, qu’elle présente à celle qui verse. Elles sont toutes de la proportion de 5 pieds ½, séparables chacune en leur particulier, quoyqu’elles composent un grouppe de forme ovale de la longueur de 10 pieds sur 7 de large ».

Historique

Paiements mentionnés par les sources comptables à François Girardon et Thomas Regnaudin de mai à octobre 1666 (parfait paiement le 6 octobre) pour les « figures qu’ils ont faictes pour la grande niche de la grotte de Versailles », pouvant correspondre à un modèle à grandeur du groupe envisagé pour la niche centrale de la grotte de Téthys.
Contrat de société établi entre François Girardon et Thomas Regnaudin le 15 février 1667 et signé le 18 décembre 1667 : « Marché au pié du devis du 18 décembre 1667 avec les S. Guérin, Renaudin, Girardon et Marsi. / Pour les groupes de figures de marbre blanc pour la grote de Versailles, moyennant 42000 livres dont 18000 livres pour le groupe d’Apollon, et 12000 livres pour chacun des groupes de tritons et de chevaux ».
Paiements mentionnés à François Girardon et Thomas Regnaudin pour le « groupe de figures de marbre […] pour la Grotte de Versailles » de mai 1667 à janvier 1672 (travail explicitement mentionné en cours jusqu’en décembre 1670).
Paiements à Girardon d’août et septembre 1673 pouvant se rapporter à l’exécution du bas-relief sur le vase.
Parfait paiement à Girardon et Regnaudin le 28 novembre 1677, à hauteur de 18 000 livres.
Autre paiement à Girardon le 31 décembre 1684 pour les « soins qu’il a pris à faire transporter, de la grotte à la Renommée, le groupe d’Apolon et des restaurations qu’il y a faites ».
Modèle en plâtre du socle mentionné en cours d’exécution en juillet 1672 dans la grotte de Téthys par une lettre de Colbert à Louis XIV.
Paiement à Girardon, pour le travail en cours du socle, le 20 janvier 1674.

Exécuté sur une idée de Claude Perrault selon son frère Charles, mais sur un dessin de Charles Le Brun selon Claude Nivelon et Antoine-Nicolas Dezallier d’Argenville.
Commandé en 1666.
Attesté pour la première fois en novembre 1671, dans la grotte de Téthys, par l’ambassadeur de la République de Venise, Francesco Michieli.
Bas-relief, représentant le Passage du Rhin, sculpté en 1672 ou 1673 sur le vase de la nymphe du premier plan.
Retiré avant avril 1684 de la grotte de Téthys et pressenti pour être disposé sur le lieu de l’ancien bosquet des Sources.
Transporté en 1684, probablement entre juillet et octobre, au bosquet des Dômes qui prend alors le nom de « bosquet des Bains d’Apollon ».
Transféré en 1704 dans le nouveau bosquet des Bains d’Apollon, sous le baldaquin central conçu pour accueillir le groupe.
Installé en 1780, sous la conduite d’Augustin Pajou, dans la grotte du troisième bosquet des Bains d’Apollon.
Mis à l’abri en 2008.
Groupe aujourd’hui présenté à Versailles, dans la nef de la Petite écurie.

Socle en marbre disposé en juin 1674 dans la grotte de Thétys, d’après une lettre de Colbert du 21 juin 1674.
Percé de conduites d’eau et orné de trois mascarons de bronze doré en 1704, après son transfert au nouveau bosquet des Bains d’Apollon.
Vraisemblablement déposé en 1778, lors de la destruction du bosquet.
Cinq fragments du socle (2014.00.2057-2061 ; de H. 103 × l. 26 × P. 23 cm à H. 103 × l. 113 × P. 41 cm), retrouvés en 1921 par les architectes François-Benjamin Chaussemiche et Armand Guéritte, et présentés (après remontage) au musée de la Vieille-Aile, aujourd’hui conservés en réserve à Versailles, à la Petite écurie.

Mains de la nymphe à la gauche d’Apollon et bassin qu’elle porte mentionnés rapportés par l’inventaire de 1707.
Anse, gorge et bec du vase refaits en plomb entre août et décembre 1726 par Jean Hardy.
Main de Téthys et partie de la chevelure d’Apollon restaurées en mai 1730 par le même.
Plusieurs restaurations mentionnées en 1788 à faire : une feuille de laurier à rapporter sur la tête d’Apollon, un doigt de la main gauche à rétablir à la nymphe tenant la chevelure d’Apollon, extrémité du gros orteil du pied droit de la nymphe tenant le vase à rapporter et pouce de la main droite à rétablir.
Un pouce, un autre doigt et des feuilles de laurier signalés en 1805 à restaurer.
Restauration des groupes du bosquet des Bains d’Apollon, sollicitée en 1816-1817 par le comte de Forbin, menée au second semestre 1817 par Jean-François Lorta (rétribué 2400 francs pour l’ensemble de ce travail).
Vase de parfum, tenu par la nymphe portant le plateau, encore mentionné par Jean Vaysse de Villiers en 1827, disparu après cette date.
Doigts de la main gauche et cinq feuilles de la couronne d’Apollon et majeur de la main droite de la nymphe qui tient la chevelure d’Apollon refaits en 1831 par Jean-Baptiste Beaumont.
Un doigt d’Apollon, cinq feuilles de sa couronne de laurier et extrémité du doigt d’une nymphe refaits en septembre 1848 par Pierre Pons.
Index gauche d’Apollon rapporté entre 1850 et 1864.
Pied droit d’Apollon signalé en mars 1871 cassé pendant l’occupation prussienne.
Main gauche d’Apollon d’origine, embouchure du vase au-dessus de la main gauche d’Apollon différente de l’actuelle, anse de l’aiguière et main gauche de la nymphe qui la tient (restaurations) attestées par une photographie de la fin du xixe siècle.
Main gauche, pied droit et couronne de lauriers d’Apollon, trois doigts de la main droite et un doigt de la main gauche de la « figure debout de gauche », nez de la « figure de droite, debout », nez, gros orteil de la « figure accroupie de gauche » et partie supérieure des vases tenus par ces deux dernières figures refaits en 1943 par Georges Chauvel.
Anse de l’aiguière de la nymphe lavant le pied d’Apollon disparue après 1968.
Main gauche d’Apollon brisée en 1975, restituée l’année suivante avec variantes par le sculpteur Vincenzo Fancelli.
Pied droit d’Apollon remis en place en 1976 suite à l’acte de vandalisme.
Doigts de la main gauche d’Apollon refaits en 1985 par la maison André et main restaurée en 1994 par la même entreprise.
Nez d’Apollon brisé en 2000, restitué en 2009 par modelage par Olivier Rolland.

Commentaire

Sur les sept figures qui composent le groupe, Thomas Regnaudin a exécuté les trois à l’arrière-plan.

Sources

Comptes des Bâtiments du roi, 1664-1715, I, 133, 193, 252, 332, 418, 511, 697, 759-760, 831, 963 et 1160 ; II, 619.
Mélanges Colbert, 1666, fol. 59vo (Parfait paiement du 6 octobre 1666).
Contrat de société du 15 février 1667.
Inventaire des papiers des Bâtiments du roi, vers 1720, Marché du 18 décembre 1667, p. 163.
Relation de la visite des ambassadeurs de la république de Venise, novembre 1671, fol. 208 (Lettre du 13 novembre 1671).
Lettres, instructions et mémoires de Colbert, 1658-1683, t. V, p. 328-331, no 85 (Lettre de Colbert à Louis XIV du 17 juillet 1672), à la p. 329, et p. 366-367, no 125 (Lettre de Colbert à Louis XIV du 21 juin 1674), à la p. 367.
Description par Denis, vers 1675, fol. 12vo.
Mémoire à l’attention de Louvois, 18 avril 1684, p. 62, note 20 et p. 68.
Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, 1686, p. 79, no 58.
Relation de Tessin, 1687, p. 164.
Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, 1er janvier 1694, no 145.
Description des jardins de Versailles par Jourdain, janvier 1695, fol. 41.
Description des sculptures des jardins de Versailles, [juin 1698-avril 1699], p. 141-142.
Explication du sujet des sculptures des bosquets de Versailles, [1699-1700], fol. 49.
Vie de Le Brun, vers 1699, p. 418.
Inventaire des sculptures, 1707, p. 1-3.
Inventaire des sculptures, 1722, p. 102-103.
Mémoire de sculpture par Hardy, 1726-1.
Mémoire de sculpture par Hardy, 1730.
Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 1648-1792, t. V, vol. 1, p. 300-318 (Conférence du comte de Caylus du 3 mai 1749), à la p. 316.
Description par Durameau, 1787, p. 149.
État des restaurations à faire aux sculptures de Versailles et de Trianon par Dejoux en 1788.
Devis des restaurations à faire aux sculptures des jardins de Versailles, juillet-août 1805, no 24.
Lettre du marquis de Cubières au comte de Pradel du 31 octobre 1816.
Demande de restaurations de marbres et bronzes, 1816-1817.
Garreau, 1816, p. 315.
Lettres du vicomte de Senonnes au comte de Pradel des 8 août et 16 décembre 1817.
Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, [1819].
Mémoire de sculpture par Beaumont, 4 juillet 1831.
Mémoire de sculpture par Beaumont, 4 juillet 1831-2.
État des travaux de sculpture en cours d’exécution à Versailles, 1er-15 septembre 1848.
État des sculptures des jardins des résidences impériales, 1863-1864, p. 34.
Lettre de Soulié à Villot du 14 mars 1871.
Manuscrit de Brière, [1932-1938], fol. 22 (socle).
Mémoire de sculpture par Chauvel, 16 novembre 1943.
Mémoire de sculpture par Chauvel, 29 décembre 1943.
Registre des restaurations effectuées à Versailles et à Trianon, 1974-1986, p. 48-49.
Lettre de Van der Kemp au procureur de la République du 21 mai 1975.
Pièces relatives à l’acte de vandalisme commis sur le groupe d’Apollon servi par les nymphes en 1975, 1975-1977.
Devis de nettoyage et restauration de sculptures en marbre, engagement du 6 mars 1976.
Devis de restaurations par la maison André, 11 mai 1994.

Plans

Lepautre, 1711, fol. 38vo-39 « Plan du bosquet des Bains d’Apollon », no 1.
Raymond, d’après Girard, 1714, no 212.
Delagrive, 1753, Bains d’Apollon (sans no ).
Contant de La Motte, 1783, Le Rocher ou les Bains d’Apollon, no 2.

Bibliographie

La Fontaine, 1669, p. 17-20.
Félibien, 1672, p. 26-35.
Mercure galant, 1672, p. 248-249.
Félibien, 1674, p. 47.
Combes, 1681, p. [VIII] et 78-79.
Mercure galant, novembre 1686, p. 173-174.
Piganiol de La Force, 1701, p. 302-303.
Piganiol de La Force, 1707, p. 328-329.
Dezallier d’Argenville, 1755, p. 105-106.
Perrault, 1759, p. 157-158.
Piganiol de La Force, 1764, t. II, p. 191-193.
Dezallier d’Argenville, 1779, p. 125.
Dezallier d’Argenville, 1787, t. II, p. 171-172 et 215-216.
Almanach de Versailles, 1789, p. 39 et 53.
Almanach de Versailles, 1797, p. 9 et 16.
Almanach de Versailles, 1800, p. 23-24 et 38.
Notice du Musée spécial, [1801-1802], p. 121.
Duchesne, 1804, p. 81.
Duchesne, 1806, p. 84.
Duchesne, 1810, p. 141.
Duchesne, 1815, p. 134.
Duchesne, 1821, p. 112.
Vaysse de Villiers, 1822, p. 174.
Vaysse de Villiers, 1827, p. 226-227.
Guide du voyageur, 1837, p. 160-161.
Soulié, 1859-1861, t. III, 1861, p. 517-518.
Bouchard, 1886, p. 350-351.
Nolhac, 1899, p. 276.
Rémilly, 1899, p. 19-20, 23, 25-27, 44 et 47.
Soulié, 1899, p. 160.
Nolhac, 1901, p. 59-60, 84-85 et 166.
Nolhac, 1906, p. 86, 88-90 et 92.
Renaissance de l’Art français, 1921, p. 287-288.
Francastel, 1928, p. 10-11 et 69, no 19 ; pl. VIII-XI (fig. 13-16).
Francastel, 1930, p. 44-48 et pl. IX.
Oudinot, 1937, p. 207 et 211.
Lange, 1961, p. 133-148.
Souchal, 1977-1993, t. II, 1981, p. 25-28, no 17 (Girardon) ; t. III, 1987, p. 246-247, no 18 (Regnaudin) ; t. IV, 1993, p. 97, no 17.
Hedin, 1983, p. 41-52.
Rosasco, 1991.
Hedin, 1997, p. 212, 214 (fig. 15), 217, 235-236 et 281-282.
Maral, 2008, p. 185-187 (fig. 27, 31 et 32) et 192 (fig. 46).
Cat. exp. Louis XIV, 2009, p. 185-186, cat. 52.
Maral, 2010-1.
Cat. exp. Versailles et l’Antique, 2012, p. 128-130, fig. 32, et p. 250 (A. Maral).
Maral, 2013, p. 105-109 (repr.), 111-114, 300-301, 319-320 et 322.
Cat. exp. Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre, 2014, p. 110-113 (notice d’A. Maral).
Maral, 2015, p. 76-96, cat. S. 36.
Hedin, 2016, p. 312, 316-317 et 319-320.
Hedin, 2017, p. 220 (fig. 36).
Maral, 2017.
Cat. exp. Jean Cotelle, 2018, p. 60-61, fig. 5.
Maral, 2018.
Mouquin, 2018, p. 345-346.
Maral, 2019, p. 112-119.

Œuvres en rapport dans la collection
Copyrights

Étapes de publication :
2021-07-21, publication initiale de la notice rédigée par Alexandre Maral et Cyril Pasquier

Pour citer cet article :
Alexandre Maral et Cyril Pasquier, Apollon servi par les nymphes, dans Catalogue des sculptures des jardins de Versailles, mis en ligne le 2021-07-21
https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=178

Choix du dossier où ajouter la notice

Vous devez sélectionner un dossier ou en créer un nouveau.
Vous devez saisir un nom de dossier.

Connexion

Courriel inconnu ou mot de passe incorrect. Veuillez réessayer.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Créer un compte
Vous avez oublié votre mot de passe ? Cliquez ici