Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles

Numa Pompilius confiant aux vestales la garde du feu sacré
Claude Bertin (1650-1705)

Illustration de comparaison
Alexandre Bourdier, Numa Pompilius confiant aux vestales la garde du feu sacré, [1895-1907]. Photographie. Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, MH0093234
Descriptif

Inventaire de 1707 : « Deux vazes, en trois morceaux, de trois pieds dix pouces de haut, chacun orné de canneaux et fleurons sur la moulure et d’un [sic] bacchannal en bas-relief autour du corps avec deux testes d’aigles pour anses sur les côtez. Le bas est orné de feuilles de refend et, le pied d’ouche, de canneaux et fleurons sur la gorge, avec un cordon de laurier. Faits par Bertin en 1695 ». Note portée en marge : « L’un de ces vazes a un bas-relief qui représente un empereur romain qui fait un sacrifice ».

Inventaire de 1722 : « Un autre vase, pareil au précédent [de marbre blanc, de 4 pieds de haut sur 2 pieds 6 pouces de diamettre, sur le corps duquel est un bas relief de figures], excepté le sujet du bas-relief qui est un sacrifice que l’on fait à Mars. [La panse est ornée de feuilles de refend avec des feuilles d’eau. Il a pour anses deux têtes d’aigles et plusieurs moulures ornées.] »

Historique

Parfait paiement mentionné par les sources comptables à Pierre Legros, pour les « modèles des bas-reliefs qu’il a faits pour les vazes de marbre que fait le nommé Bertin », de septembre à novembre 1687, à hauteur de 1197 livres.
Paiements (pouvant se rapporter à cette œuvre) mentionnés à Claude Bertin, d’avril à décembre 1688, pour remboursement des sommes avancées aux sculpteurs qui « ont travaillé avec luy aux trois modèles de vazes de plastre pour les six vazes de marbre qui doivent estre faits pour le roi » et, de janvier à février 1689, pour le travail en cours des vases.
Parfait paiement à la veuve de Claude Bertin en 1711, pour deux vases posés dans les jardins entre 1704 et 1705.

Bas-relief exécuté d’après un modèle de Pierre Legros.
Vase daté de 1695 par l’inventaire de 1707.
Disposé entre 1701, le vase n’étant pas attesté cette année-là par Piganiol de La Force, et 1707 sur le parterre du Midi, à l’angle septentrional du degré sud-est.
Protégé entre septembre 1939 et avril 1941, dans le cadre de la défense passive, probablement à l’intérieur de l’Orangerie ou dans une tranchée creusée dans les jardins.
Remis en place en avril 1941 à l’emplacement précédemment occupé par son pendant, le vase du Sacrifice à Bacchus (MR 2787).
Mis à l’abri en 2019.
Aujourd’hui présenté à Versailles, dans la nef de la Petite écurie.

Peut-être le vase dont une tête d’aigle est mentionnée en 1805 à restaurer.
Moitié d’une tête d’aigle refaite au deuxième trimestre 1817 par Jean-François Lorta.
Un bec d’aigle et la tête de l’autre refaits entre 1850 et 1864.
Becs d’aigle mentionnés en février 1893 à refaire.
Vase, brisé « en de nombreux fragments et éclats » lors de sa chute le 19 juillet 1945 sous le poids de soldats américains l’ayant escaladé, restauré (avec exécution des parties manquantes) en 1946 par Pascal Soullard.
Partie supérieure d’un bec d’aigle, vraisemblablement celui regardant vers le nord, refait en 1964 par Jacques Touzet.
Bec de l’aigle regardant vers le sud, entièrement manquant, restitué en marbre en septembre 2006 par Jacques Bourgeois.

Plans

Raymond, d’après Girard, 1714, no 167.
Delagrive, 1753, Parterre des Fleurs, no 5.
Contant de La Motte, 1783, Parterre des Fleurs, no 5.
Maral, 2019, no 148.

Sources figurées

Bourdier, [1895-1907], MH0093234.
Photographe allemand, 1940, V.2017.27.86.
Photographe France-xxe siècle, 1961, M5020_NV_4895 ; M5020_NV_4899 ; M5020_NV_4900.

Bibliographie

Piganiol de La Force, 1707, p. 244.
Dezallier d’Argenville, 1755, p. 115.
Piganiol de La Force, 1764, t. II, p. 94.
Dezallier d’Argenville, 1779, p. 135.
Almanach de Versailles, 1789, p. 53.
Almanach de Versailles, 1797, p. 16.
Almanach de Versailles, 1800, p. 38.
Notice du Musée spécial, [1801-1802], p. 120.
Duchesne, 1804, p. 72.
Duchesne, 1806, p. 74.
Duchesne, 1810, p. 120.
Duchesne, 1815, p. 118.
Duchesne, 1821, p. 91.
Vaysse de Villiers, 1822, p. 136 (sans attribution).
Vaysse de Villiers, 1827, p. 176 (attr. aux élèves de l’Académie de France à Rome).
Guide du voyageur, 1837, p. 123.
Soulié, 1859-1861, t. III, 1861, p. 498 (Numa Pompilius confiant aux vestales la garde du feu sacré).
Souchal, 1977-1993, t. I, p. 40-41, no 5a (Bertin) ; t. II, 1981, p. 266, no 53a (Legros) ; t. IV, 1993, p. 6, no 5a/h (Bertin).
Maral, 2013, p. 219.

Index

Index iconographique :
Aigle (tête) ; Bélier (tête) ; Enfant ; Numa Pompilius ; Soldat romain ; Vestale

Cette sculpture appartient à l’ensemble :
Parterre du Midi

Œuvre en rapport dans la collection
Copyrights

Étapes de publication :
2021-07-21, publication initiale de la notice rédigée par Alexandre Maral et Cyril Pasquier

Pour citer cet article :
Alexandre Maral et Cyril Pasquier, Numa Pompilius confiant aux vestales la garde du feu sacré, dans Catalogue des sculptures des jardins de Versailles, mis en ligne le 2021-07-21
https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=88

Choix du dossier où ajouter la notice

Vous devez sélectionner un dossier ou en créer un nouveau.
Vous devez saisir un nom de dossier.

Connexion

Courriel inconnu ou mot de passe incorrect. Veuillez réessayer.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Créer un compte
Vous avez oublié votre mot de passe ? Cliquez ici