Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles

Neptune et Amphitrite
Lambert-Sigisbert Adam (1700-1759) et Nicolas Sébastien Adam (1705-1778)

Illustrations de comparaison
France-xixe siècle, Groupe de Neptune et Amphitrite lors de la réfection du bassin de Neptune, 1887. Photographie. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (Service des Archives), fonds Malitte-Richard, V.6262.9.107
France-xixe siècle, Groupe de Neptune et Amphitrite lors de la réfection du bassin de Neptune, 1887. Photographie. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (Service des Archives), fonds Malitte-Richard, V.6262.9.108
Descriptif

Mercure de France, janvier 1741 : « On plaça le 20 novembre dernier au milieu du bassin de Neptune dans le parc de Versailles, près la porte du Dragon, une magnifique pièce, exécutée en fonte, représentant le Triomphe de Neptune et Amphitrite, groupés dans une vaste coquille de 23 pieds d’étendue sur 14 de haut, richement variée de rocailles et autres ornemens, laquelle se dévelope par le bas par quatre revers en rouleaux qui s’étendent sur les rochers. Les deux parties étendues de la coquille se terminent en conques. Le milieu de la coquille est adossé à l’attique et le surmonte de près de quatre pieds. Le tout ensemble présente à la vue une espèce de trône maritime composé avec beaucoup d’art : ce qui sert de couronnement à tout l’ouvrage est la tête et la dépouille d’une baleine, qui s’étend à droite et à gauche sur l’attique. De la gueule de la baleine sort un torrent d’eau de quatre pieds de large qui tombe en nape dans la coquille derrière les figures de Neptune et d’Amphitrite et forme par les côtés deux cascades. Les autres revers ou enroulemens de la coquille forment aux extrémités divers bouillons d’eau qui font un grand effet. Sur les rouleaux du centre de cette coquille, Neptune paroît assis majestueusement. Son attitude et le caractère de sa tête expriment son courroux ; il est dans l’action de lancer son trident contre les vents impétueux. à sa gauche est assise la déesse des mers, panchée en arrière et apuyée sur son bras droit, tenant son sceptre et regardant sur la gauche une jeune néréide à qui elle semble donner ses ordres. à la droite de Neptune est un triton, monté sur un cheval marin qu’il tient en bride et auquel il paroît donner un coup à poing fermé pour l’obliger à s’élancer dans l’eau. De la bouche du cheval sort avec impétuosité une lame d’eau de 40 ou 45 pieds. Il fait pendant à une vache marine du côté oposé, laquelle lance une même quantité d’eau et aussi loin. La néreide dont on a parlé, qui vient de recevoir les ordres d’Amphitrite, tient d’une main une branche de corail & soutient de l’autre un petit triton prêt à s’élancer de dessus le dos de la vache dans la coquille pour y chercher son élément. Cette néreide est dans l’action de présenter la branche de corail et le triton à la déesse. Dans le juste milieu de la coquille, au bas des rouleaux, est groupé un dauphin aux pieds de Neptune, lequel jette une lame d’eau par la bouche et deux jets par les narines. De dessous les draperies du dieu et de la déesse des mers sortent plusieurs bouillons d’eau qui roulent sur la coquille.
Les rochers qui servent de baze sont percés de trois antres : de l’antre du milieu sort à la nage le triton, coursier de Neptune, sonnant de la conque marine, de laquelle part un jet d’eau en arc de cercle ; des deux autres antres, on voit sortir deux monstres marins de différente espèce, lesquels lancent par leurs gueules des lames d’eau d’un pied de large et à 40 pieds au loin et, par leurs narines, des jets d’eau tombant en arcs. Cet ouvrage est construit sur un plan de 40 pieds de large et sur presque autant de profondeur ; il est de forme circulaire sur le devant. Les grandes figures ont 12 pieds de proportion.
Ce grand ouvrage, qui est parfaitement au gré de tous les connoisseurs et dont le roy a paru satisfait, est de la main de M. Sigisbert Adam l’aîné, sculpteur ordinaire de S[a] M[ajesté] ».

Historique

Paiements à Lambert-Sigisbert Adam et « aux sieurs Adam », Lambert-Sigisbert et Nicolas-Sébastien Adam, du 30 juin 1738 au 14 novembre 1742 (travail mentionné en cours jusqu’au 25 mai 1740).
Paiements du 11 juin 1738 (pour journées pendant le mois de mai) au 28 janvier 1739 (pour journées pendant les mois de novembre et décembre) « aux sculpteurs et manœuvres employés sous la conduite des sieurs Adam, sculpteurs, au grouppe de la pièce de Neptune », ainsi qu’aux mouleurs et fondeurs.
Parfait paiement à Lambert-Sigisbert et Nicolas-Sébastien Adam, à hauteur de 30000 livres, le 2 janvier 1743.
Paiement le 2 janvier 1743 à Jacques Bailly, peintre, « à compte des ouvrages couleur de bronze qu’il a faits sur les ouvrages de sculpture de la pièce de Neptune ».

Concours remporté en 1735 par Lambert-Sigisbert Adam.
Vieux plomb et plomb neuf délivrés à Lambert-Sigisbert Adam entre mai 1738 et novembre 1740.
Groupe, « composé et exécuté à Versailles » selon la lettre adressée par Lambert-Sigisbert Adam à Philibert Orry, installé en novembre 1740 au bassin de Neptune d’après la relation du Mercure de France de janvier 1741, et achevé sur place.

Bronzé en 1743 par Jacques Bailly (impressions appliquées en 1742).
Branche de corail, probablement celle tenue par la sirène, exécutée en 1786.
Couronne de Neptune supprimée en 1794 par le sculpteur Boichard.
Partie d’un triton et deux parties de nageoire refaits en 1846 par Jean-Baptiste Beaumont.
Torse, dos et bras gauche de Neptune, bras et buste (avec cheveux) d’Amphitrite, torse, dos et hanche gauche de la néréide, bras gauche du jeune triton, bras et torse du triton ainsi que l’encolure et le harnais du cheval refaits en partie en 1887-1888.
Trident en bronze (et cuivre pour la hampe) exécuté par Charles Bocquet et fondu par Camille Berson en 1888.
Restauré en 1930-1932 par Eugène Rudier, d’après une note manuscrite de Gaston Brière.
Trident de Neptune, index de la main gauche et bras gauche d’Amphitrite, une nageoire et un aileron de la « baleine centrale », probablement le dauphin entre Neptune et Amphitrite, et fissures passim sur le cheval et le triton qui le monte restaurés entre 1980 et 1982 par l’atelier Saint-Jacques.

Commentaire

Dans une lettre datée du 19 septembre 1740, Lambert-Sigisbert Adam dit n’avoir perçu à cette date que 750 [sic, probablement 7500] livres pour la présente œuvre.
Participation de Nicolas-Sébastien Adam explicitement attestée par des pièces comptables datées de septembre 1741 et juillet 1742.
De même, la lettre écrite à Orry le 25 décembre 1742, demandant le parfait paiement du groupe, précise que la « somme totalle est partagé [sic] entre deux frères associés pour cet ouvrage ».

Sources

Mémoire relatif aux modèles exécutés sous la conduite de Lambert-Sigisbert Adam entre septembre 1735 et mai 1736.
Mémoire des ouvrages exécutés par Lambert-Sigisbert et Nicolas-Sébastien Adam entre 1736 et 1740.
Mémoires arrêtés pour 1737.
Comptes des Bâtiments du roi, 1738, fol. 33, 54vo et 55vo-56.
Comptes des Bâtiments du roi, 1739, fol. 31vo-32ro.
Lettre de Lambert-Sigisbert Adam du 19 septembre 1740.
Comptes des Bâtiments du roi, 1740, fol. 26vo-27ro.
Demande de paiement par Adam, 15 septembre 1741.
Comptes des Bâtiments du roi, 1741, fol. 23.
Registre des extraits du département de Versailles, 1737-1745, fol. 68ro (estimation des ouvrages des frères Adam au bassin de Neptune, 18 juillet 1742).
Registre du magasin des plombs de Versailles, 1737-1745, fol. 68ro (18 juillet 1742).
Lettre à Philibert Orry du 25 décembre 1742.
Comptes des Bâtiments du roi, 1742, fol. 26vo et 30-31ro.
Mémoires arrêtés pour 1742.
Mémoire de mise en couleur de bronze par Bailly, 1743-1.
Registre du magasin des plombs, 1785-1789, fol. 88vo (23 août 1786).
Description par Durameau, 1787, p. 114-115.
Mémoire de sculpture par Boichard, 29 août 1794.
Garreau, 1816, p. 230.
Inventaire des sculptures des jardins de Versailles, [1819].
État des travaux de sculpture en cours d’exécution à Versailles, septembre 1846.
Mémoire de plomberie par Berson, 6 décembre 1887.
Mémoire de sculpture par Bocquet, 26 avril 1888.
Mémoire de plomberie par Berson, 6 juin 1888.
Manuscrit de Brière, [1932-1938], fol. [11bis].
Devis de restauration des plombs des bassins d’Apollon et de Neptune, 1980-1982.

Plans

Delagrive, 1753, Pièce du Dragon, no 6.
Contant de La Motte, 1783, Bassins du Dragon et de Neptune, no 5.
Maral, 2019, no 358.

Sources figurées
Exposition

1932. « L’Art de Versailles », Paris, musée de l’Orangerie, Partie supérieure de la statue d’Amphitrite, sans les bras.

Index

Index iconographique :
Amphitrite ; Cheval ; Corail ; Dauphin ; Enfant ; Morse ; Neptune ; Poisson ; Raie ; Sirène ; Triton

Cette sculpture appartient à l’ensemble :
Bassin de Neptune

Copyrights

Étapes de publication :
2021-07-21, publication initiale de la notice rédigée par Alexandre Maral et Cyril Pasquier

Pour citer cet article :
Alexandre Maral et Cyril Pasquier, Neptune et Amphitrite, dans Catalogue des sculptures des jardins de Versailles, mis en ligne le 2021-07-21
https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=3

Choix du dossier où ajouter la notice

Vous devez sélectionner un dossier ou en créer un nouveau.
Vous devez saisir un nom de dossier.

Connexion

Courriel inconnu ou mot de passe incorrect. Veuillez réessayer.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Créer un compte
Vous avez oublié votre mot de passe ? Cliquez ici