Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles
Jardins de Versailles Bosquets disparus Bosquet du Pavillon d’eau

Bosquet du Pavillon d’eau

Créé en 1672-167311. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 622 et 677., détruit à partir de 1677 pour laisser place au bosquet de l’Arc de triomphe, le bosquet du Pavillon d’eau est mal connu.

Selon André Félibien, « elle [la fontaine du Pavillon] est ainsi nommée à cause de quatre jets d’eau qui sortent de la gueule de quatre dauphins de bronze, qui sont aux quatre angles d’un grand bassin et qui, venant à se rassembler par le haut au gros jet du milieu, forment une espèce de pavillon. Ces cinq jets sont accompagnez de quatre autres, qui sortent de quatre vases posez au milieu d’autant de bassins qui sont dans les quatre angles du cabinet. L’eau de ces jets va se décharger dans le bassin du milieu par quatre masques de bronze qui vomissent dans des coquilles22. Félibien, 1674, p. 58-59. ».

Une gravure assez fantaisiste (fig. 1) accompagne la réimpression du guide de Félibien en 1685 : elle constitue le seul document figuré en rapport avec le bosquet du Pavillon d’eau.

Jardins de Versailles - La Fontaine du Pavillon
fig. 1 - Adriaan Schoonebeek (attr. à), La Fontaine du Pavillon, 1685. Gravure publiée dans André Félibien, La Description du chasteau de Versailles, Paris, 1685, en vis-à-vis de la p. 60 © Château de Versailles / Christophe Fouin

Les dauphins (Vjs 784), au nombre de cinq, les quatre masques (Vjs 785) et les quatre coquilles sont mentionnés par le fontainier Claude Denis33. Description par Denis, vers 1675, fol. 18v..

Les vases sont connus par un dessin du fonds Robert de Cotte intitulé « Profil de quatre vases pour la fontaine du Pavillon », qui permet aussi de connaître leurs dimensions44. Agence des Bâtiments du roi (fonds Robert de Cotte), seconde moitié du xviie siècle, dessin no 1941, microfilm F 001673. : 4 pieds de haut, 2,5 pieds de diamètre. Le dessin porte l’annotation suivante : « Sçavoir si le roy veut qu’ils soient peints de la mesme couleur que les vases donnez par M. de Louvois. »

1. Comptes des Bâtiments du Roi, 1664-1715, t. I, col. 622 et 677.
2. Félibien, 1674, p. 58-59.
3. Description par Denis, vers 1675, fol. 18v.
4. Agence des Bâtiments du roi (fonds Robert de Cotte), seconde moitié du xviie siècle, dessin no 1941, microfilm F 001673.