Alexandre Maral, avec la collaboration de Cyril Pasquier
Les catalogues raisonnés d'inventaire de collection de musée produits par la RMN-GP
Logotype du château de Versailles

Femme à l’enfant, dite aussi Leucothée et Bacchus
Statue antique

Illustration de comparaison
Giovanni Angelo Canini, Faustina giovane, vers 1633. Dessin. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Fonds des dessins et miniatures, Réserve des grands albums, RF 36716, fol. 21
Descriptif

Statue représentant une femme, posant sur la jambe droite, regardant à gauche. Elle a les cheveux ceints d’un bandeau et est vêtue d’une draperie qui lui laisse les orteils et l’avant-bras droit découverts. Elle tient dans ses bras un enfant enveloppé dans une draperie qui passe derrière son dos et qu’elle soutient de son bras gauche. L’enfant lève la tête vers l’épaule gauche, posant sa main droite sur l’épaule droite de la femme et sa main gauche sur son sein.

Historique

Acquise en 1633 par Richelieu.
Attestée en 1800 sur la façade du château de Richelieu donnant sur la cour d’Honneur, dans une niche de l’aile à droite en entrant par l’entrée principale.
Choisie en 1800 pour le musée du Louvre par Léon Dufourny et Ennius-Quirinus Visconti, qui reconnurent une matrone qui « paroit offrir son fils, qu’elle tient dans ses bras, à la divinité dont ces [la présente et son pendant] statues ont dû décorer le temple ».
Parvenue à Paris le 15 juillet 1801.
Inventoriée au musée du Louvre, acéphale, avec une hauteur de 260 cm, par l’inventaire de 1810 (partie « supplément », datable de la Restauration).
Attestée par l’inventaire des Musées royaux en magasin à Versailles.
Attestée en « dépôt sous l’opéra » par un inventaire non daté des dépendances de Versailles.
Disposée le 17 mars 1829 sur l’allée sud d’Apollon au Grand Canal, après restauration par Jean-Baptiste Beaumont, qui compléta probablement la statue d’une nouvelle tête.

Œuvre signalée en 1800 « tout antique et sans restaurations ».
Tête rapportée, cou de la mère et nez de l’enfant refaits vraisemblablement entre janvier et mars 1855.
Nez de l’enfant mentionné manquant en février 1893.

Commentaire

Réputée de marbre de Paros par l’inventaire de 1810, qui estime que la tête de l’enfant n’est pas rapportée.

Plans

Laurent, 1829, Pourtour [du bassin d’Apollon], côté du midi, j (Madone).
Maral, 2019, no 143.

Sources figurées

Canini, vers 1633, fol. 21 « Faustina giovane ».
Clarac, 1826-1853, t. IV, 1836-1837, pl. 673, no 1555 B (Leucothée et Bacchus).

Bibliographie

Clarac, 1841-1853, t. IV, 1850, p. 185-186, no 1555 B.
Soulié, 1859-1861, t. III, 1861, p. 512 (Leucothée et Bacchus enfant. Antique).
Michon, 1899, p. 84-85.
Pinatel, 1963, p. 13, 69-72, 89, 94, 143-146 (cat. 5), 218-219 et pl. II et V.
Pinatel, 1979, p. 105 et 118-123.
Pinatel, 1985, p. 6-7.
Montembault, Schloder, 1988, p. 68, 155, 170-171, cat. 7, et p. 259, fig. 53A.
Martinez, 2004, p. 228, no 414.
Pasquier, 2019, p. 78.

Index

Index iconographique :
Bacchus ; Leucothée

Cette sculpture appartient à l’ensemble :
Allées d’Apollon au Grand Canal

Copyrights

Étapes de publication :
2021-07-21, publication initiale de la notice rédigée par Alexandre Maral et Cyril Pasquier

Pour citer cet article :
Alexandre Maral et Cyril Pasquier, Femme à l’enfant, dite aussi Leucothée et Bacchus, dans Catalogue des sculptures des jardins de Versailles, mis en ligne le 2021-07-21
https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=55

Choix du dossier où ajouter la notice

Vous devez sélectionner un dossier ou en créer un nouveau.
Vous devez saisir un nom de dossier.

Connexion

Courriel inconnu ou mot de passe incorrect. Veuillez réessayer.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous devez saisir le couriel avec lequel vous vous êtes inscrit.
Vous n'êtes pas encore inscrit ? Créer un compte
Vous avez oublié votre mot de passe ? Cliquez ici